Prostate : 6 mauvaises habitudes à éviter

Prostate : 6 mauvaises habitudes à éviter

La prostate, une glande du système reproducteur des hommes située au niveau de la vessie, est un organe clé dans la santé générale masculine. Malheureusement, il peut être le siège de nombreux troubles comme le cancer et l’adénome. Afin de prévenir ces problèmes prostatiques, il est important de mener un mode vie saine. Pourtant, certaines habitudes de vie peuvent contribuer à accroître les risques de développer les maladies de la prostate. Découvrez ici des conseils et habitudes à éviter pour relever les défis posés par le cancer de la prostate et l’adénome.

La prostate : définition

La prostate est un organe spécifique aux hommes. C’est une glande qui fait partie du système reproducteur de l’homme. Elle se situe en dessous de la vessie et entoure l’urètre, le canal qui transporte l’urine de la vessie vers l’extérieur du corps. Sa principale fonction est de produire un liquide séminal qui est essentiel à la reproduction. Le liquide séminal nourrit et protège les spermatozoïdes. Il leur fournit l’environnement nécessaire pour survivre et se déplacer dans le tractus reproducteur féminin lors de l’éjaculation.

Les habitudes néfastes à éviter pour la santé de la prostate

Pour une bonne santé de la prostate, les hommes exposés à des risques accrus doivent prendre en compte quelques facteurs de risque. En voici quelques-uns.

La consommation excessive de l’alcool

Les hommes doivent savoir que plus, ils prennent de l’âge, plus ils sont exposés aux troubles prostatiques. Pour cela, ils doivent réduire leur consommation d’alcool en particulier le vin blanc, le thé, le café et les épices. En effet, l’alcool a un effet néfaste sur la prostate. Cette substance augmente le risque de cancer de la prostate et de l’hyperplasie de la prostate

Elle a un effet irritant sur la vessie, ce qui pousse à uriner fréquemment. La consommation d’alcool peut faire partie du régime alimentaire lorsque vous souffrez d’un adénome de la prostate. Toutefois, une consommation modérée peut contribuer à préserver la santé de la prostate.

La consommation du tabac

Tout comme l’alcool, le tabagisme est aussi à éviter pour préserver la santé de la prostate. Fumer est non seulement dangereux pour les poumons, mais aussi pour la prostate. D’après les études, les consommateurs de tabac avaient plus de chance de développer un cancer de la prostate. Pour préserver votre santé du cancer de la prostate, il est recommandé de vous rapprocher des professionnels de la santé pour bénéficier d’un accompagnement visant à en finir avec le tabagisme.

La consommation excessive d’eau les soirs

Les professionnels de la santé conseillent de boire beaucoup d’eau pour rester en bonne santé. Certes, l’hydratation permet d’éviter une éventuelle infection de la prostate, mais il est recommandé de limiter la quantité d’eau que vous buvez les soirs. Le volume d’urine ne doit pas dépasser 2 litres par jour. 

Trop boire le soir donne des envies pressantes d’uriner, ce qui peut gêner lorsque vous souffrez déjà d’un adénome de la prostate. Cela peut s’améliorer si vous contrôlez mentalement votre vessie. Dès que vous ressentez l’envie d’uriner, essayez de détourner votre attention en faisant un décompte par exemple. Une fois que l’envie est atténuée, vous pouvez uriner tout en contrôlant la fréquence du jet.

Retenir fréquemment l’urine

Retenir votre envie d’uriner, pas dans le cas où vous ressentez une envie fréquente d’uriner, mais plutôt parce que vous n’avez pas le temps, n’est pas une bonne idée. En effet, si vous souffrez d’une infection de la prostate ou des prostatites, uriner fréquemment est un bon geste. Cela vous permet de vider la vessie et l’ensemble de l’appareil urinaire de tous les germes responsables des troubles. 

Faire une rétention urinaire a une incidence sur la santé de la prostate à long terme. La rétention urinaire est également à la base du risque d’hypertrophie prostatique.

Ne pas faire une activité physique

Les hommes ne devraient pas être trop sédentaires. Avoir un mode vie sédentaire augmente les risques de troubles prostatiques. Les études ont prouvé qu’une bonne hygiène de vie accompagnée d’activité physique réduit les symptômes en cas d’adénome de la prostate. En réalité, l’adénome de la prostate est une hypertrophie de la prostate qui se remarque chez l’homme après 50 ans. 

En conséquence, elle entraîne des symptômes urinaires tels que les envies pressantes d’uriner et les douleurs. Ces symptômes sont les conséquences d’une éventuelle compression de l’urètre dû au gonflement de la prostate. Une activité physique suffisante est recommandée pour la protection de la prostate et celle de votre santé en général.

Avoir une alimentation équilibrée

L’alimentation joue un rôle crucial dans le maintien de la santé de la prostate. Avoir de mauvaises habitudes alimentaires pourrait accroître les risques de troubles prostatiques. Voici les aliments à privilégier et ceux à éviter.

Les aliments nuisibles à la prostate

Pour maintenir la prostate en bonne santé, il faut éviter :

·         Les produits laitiers : le lait, le fromage, le yaourt sont des produits riches en calcium. Or le calcium est une substance qui favorise le développement du cancer de la prostate. Privilégiez plutôt les laits de vache, de brebis ou de chèvre. Il vous serait bénéfique d’obtenir les laits provenant directement des producteurs.

·         Les viandes rouges cuites à haute température : pour votre bien-être, il est conseillé de privilégier les sources de protéines saines telles que le poisson, la volaille et les légumineuses.

·         Les mauvaises graisses : une consommation excessive des acides gras contenus dans la charcuterie triple de risque de développement du cancer de la prostate ;

·         Les huiles végétales : les huiles fabriquées à partir de la noix, le tournesol, le pépin de raisin sont riches en oméga-6. Cette substance peut irriter la prostate.

·         Les sucres raffinés contenus dans les produits industriels, les confiseries et les sodas : ils favorisent le risque d’inflammation au niveau de la prostate.

Les aliments favorables à la santé de la prostate

Il faut rappeler qu’une bonne alimentation aide à prévenir le cancer. Adopter une alimentation équilibrée vous permettra de diminuer le risque de récidive après une ablation de la prostate. Sur ce, voici les aliments que vous devez manger.

·        La tomate cuite à la vapeur ;

·         Le poivron rouge ;

·         La pastèque ;

·         Le pamplemousse ;

·         Du jus de grenade.

Ces aliments contiennent du lycopène qui est un facteur qui protège du risque de cancer de la prostate. En cas d’hypertrophie bénigne de la prostate, le lycopène permet de diminuer le volume de l’organe. De plus, il réduit le taux de PSA (antigène spécifique de la prostate) dans le sang. Vous pouvez aussi consommer des céréales entières riches en sélénium telles que le riz, le blé complet. Les oléagineux, l’ail cru, l’eau et le thé vert sont aussi à privilégier.

Autres mauvaises habitudes à éviter pour la santé de la prostate

Ignorer les examens de routine fait également partie des mauvaises habitudes à éviter pour la santé de votre prostate. Cela peut entraîner un diagnostic tardif des problèmes de la prostate. À partir de 50 ans, les hommes doivent subir chaque année un examen de la prostate. 

Dans d’autres cas, négliger les symptômes de la prostate est très dangereux et pourrait entraîner des problèmes plus sérieux. Si vous remarquez des symptômes tels que des douleurs lors de la mission, rapprochez-vous d’un médecin. Certaines personnes ont tendance à ne pas oser parler à leur médecin. C’est peut-être dû au fait qu’il existe moins de campagnes de dépistage organisé pour détecter le cancer de la prostate. 

De toute façon, il est important pour un homme de s’adresser à son médecin en cas d’inquiétude ou de symptômes gênants concernant la prostate. Le médecin saura le recommander à un urologue pour une prise en charge rapide. Un toucher rectal et un dosage sanguin du taux des PSA seront proposés pour le dépistage. Sachez qu’un diagnostic précoce est la solution idéale pour agir rapidement contre le cancer de la prostate.

Il faut rappeler que les hommes qui n’ont pas une vie sexuelle active sont également exposés à des troubles prostatiques. En réalité, avoir plus de 30 éjaculations par mois réduit à 50 % le risque de cancer de la prostate. Le sperme contient des substances susceptibles d’être carcinogènes. En l’évacuant fréquemment, vous protégez votre prostate. Pensez aussi à vous protéger lors des rapports sexuels. Cela vous met à l’abri des infections sexuellement transmissibles pouvant entraîner la prostatite.

Détails sur le facteur de risques de la prostate

En dehors des mauvaises habitudes qui peuvent augmenter la probabilité de développer un cancer de la prostate, il existe quelques facteurs naturels qui ne dépendent pas de l’homme. En voici quelques-uns.

L’âge

Les experts de la santé par leurs études ont associé le cancer de la prostate au vieillissement. Il se remarque que cette maladie affecte beaucoup plus les hommes de plus de 50 ans. Seulement 1 % des cas sont touchés avant cet âge et souvent, c’est pour des raisons génétiques.

Les antécédents familiaux (mutations génétiques héréditaires)

Les études ont révélé que certaines mutations génétiques héréditaires peuvent être responsables du cancer de la prostate. Environ 15 à 20 % des cas enregistrés proviennent de cette prédisposition familiale. Il y a plus d’une vingtaine de gènes impliqués dans le cancer de la prostate, mais la plus connue est le BRCA. En plus du cancer de la prostate, ce gène peut être également responsable du cancer du sein ou de pancréas chez les hommes ou les femmes qui l’ont hérité.

Je suis Cristal Essenam AKOYESSOU, éditeur de site et expert SEO. Passionné par l'univers de la santé, je prends plaisir à partager sur ce blog des informations pour vous aider à jouir d'une parfaite santé. Pour de plus amples informations : contactez-moi à cette adresse : contact@robustesante.com